Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 09:24
Comme beaucoup de femmes de ces régions, la Princesse n'était pas une beauté, mais plutôt du genre tas de bourrelets. Le goût immodéré qu'elle avait pour les loukoums, les pistaches et le sirop d'orgeat avait fait d'elle une femme obèse, aux seins lourds, aux cuisses massives et vergetées, aux mains et aux pieds boudinés mais avec un visage noble et des yeux noirs bordés de longs cils.

Extrêmement sensuelle, elle pratiquait avec fureur et passion l'art des caresses solitaires ou partagées avec des adolescents pleins de vigueur, bien méritants de pouvoir arriver  à leurs fins, noyés qu'ils étaient dans tellement de gras, ou alors, des jeunes filles, souvent pucelles, mais aimant, comme elle, les caresses entre femmes.
C'est allongée ,nue  et débordante de replis, dans son jacusi, et entourée de ses deux favorites que, de loin, elle observait Aurélia !

Celle-ci, seule après le départ de Cyrielle, après avoir profité, un peu comme une enfant, des jeux de l'eau bouillonnante, s'était ouverte à l'ardeur de ses doigts, tout en y ajoutant les caresses des douchettes sur sa tigelle érigée. Spectacle qui avait plu à la Princesse qui en faisait autant dans son propre jacusi  et s'était mise en émoi, à son tour, répercuté sur les corps de ses deux partenaires! et aidée par leurs doigts agiles!
Cette mise en conditions de Khadidja semblait de bonne augure pour la suite des évènements.
La Princesse mourait d'envie de séduire Aurélia et de lui offrir, au plus intime, les caresses de ses doigts potelés, qu'elle aimait voir luisants de la liqueur épaisse ou filante de ses partenaires.

En outre c'était une fétichiste des caresses reçues ou données avec les orteils dont elle adorait les moiteurs odorantes. Elle n'aimait les parfums que dans les circonstances officielles et mondaines, mais, au contraire, avait une prédilection pour les effluves intimes les plus océanes.

A l'heure dite, Cyrielle vint chercher la jeune femme pour l'entrevue avec la Princesse. Mais Aurélia  avait déjà sû apprécier les manifestations du désir, né au plus profond des fibres et du regard de l'hôtesse !
Aurélia avait revêtu, pour l'occasion,une robe en soie grège à col d'officier brodée de motifs chinois, tombant juste au dessus du genou. Ainsi vêtue, très discrètement maquillée et coiffée elle aurait séduit la terre entière, mais n'était pas là pour çà
Elle entra dans un grand salon; au fond duquel trônait la Princesse, vêtue d'une double robe blanche en tissu très léger qui semblait être du voile. Ses cheveux, noirs de jais, comme sa touffe visible sous les tissus étaient nattés, ses doigts couverts de bagues endiamantées, ses pieds nus et son regard " d'aigle noir" cerné de köhl.
Suivant le protocole, Aurélia s'inclina légèrement devant Khadidja qui la convia à venir près d'elle pour croquer quelques pistaches, pâtes de fruits ou noix de cajou.
-"C'est mon amie Yasmina qui m'a suggéré de vous faire venir, car vous êtes, paraît-il experte dans le domaine financier, mais aussi fiscal et je souhiterais  avoir quelques conseils de votre part !
A ce moment, les femmes présentes se retirèrent en quittant la pièce discrètement..
Repost 0
Published by caravanier - dans L'amour Maure
commenter cet article
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 07:52
Jusqu'à maintenant, on a souvent dit que les médias étaient devenus  la quatrième pouvoir , après le politique, le religieux et le militaire, Mais avec la télévision telle qu'elle évolue,  c'est elle qui va prendre la première place et dominer le monde, Ce qui est grave car le monde en question sera alors sous tutelle et soumis aux caprices et aux injonctions des dirigeants des différentes télés à travers le monde. Eux mêmes obligés de ses laisser dicter la loi par ce sacro saint Audimat qui lui même ouvre toute grandes les portes des coffres forts des annonceurs tellement chéris ! (Je l'ai déjà dit mais il faut le répeter pour en avoir bien conscience!)

Pas plus tard qu'hier a eu lieu aux Etats Unis la finale du "Superball" sport-compromis entre le rugby et le foot. Ce ne sont pas les favoris qui ont gagné, mais on imagine le nombre de millions de dollars qui ont changé de mains quand on sait que le spectacle a été regardé par cent millions de spectateurs (et parmi eux combien de parieurs?) et que les spots publicitaires coutaient  trois millions de dollars pour trente seconde de diffusion !

La puissance de la télé est devenue telle que de plus en plus, tous les évènements passent par elle et si le citoyen lambda se laisse interroger et filmer dans une émission comme "vie privée vie publique"  ou va se déboutonner dans une autre comme "Toute un histoire!" c''est par pur bonheur de"passer à la télé" pour faire l'admiration des voisins, des amis et des connaissances.
Alors que les hommes politiques qui se cantonnaient juqu'alors dans les  journaux télévisés ou les émissions purement politiques jugent bon, maintenant de venir faire les mariolles à" Vivement Dimanche" qui à l'origine était une émission de divertissement !

Et à côté de celà, les grilles de programmes sont remplies d'émissions complètement débiles à faire pleurer un âne et une oie accouplés, émissions bouche- trous ringardes ou cul-cul la praline, qui passent en "séries"  pendant des mois et même des années.

Avec comme sommet culturel  un truc dans le genre Star 'ac, qui ferait grincer des dents un singe sans râtelier, et qui donne, en Prime, la plus haute et précise image de ce qu'est devenue une certaine partie de "la jeunesse" de notre Pays !
Un ramassis de râclures pas lavées aggressives  éternellement vautrées et mangeant comme des porcs  devant leur auge, Sans même oser parler de ce pour quoi ils sont censés être là, alors qu' à chaque élimination de l'un d'eux en fin de semaine, des litres de larmes et des kilos de sanglots se déversent dans les chaumières du bon peuple de France. Et que, comme pour les hommes politiques chez Drucker, les artistes de talent s'y font inviter pour qu'on voit leur trombine une fois de plus, sur le petit écran !

Mais du moment que l' Audimat vibre, se gonfle et pète les sommets de la courbe  d'audience, de chez Morandini, chacun va se coucher avec la bonne conscience du devoir accompli, tout allant bien dans le meilleur des mondes. Vous croyez ?
Repost 0
Published by caravanier - dans caravanier
commenter cet article
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 10:56
Lorsqu'elle se décida à appeler, un voix de femme très douce, presque mielleuse malgré l'intonation gutturale arabe lui avait  indiqué qu'une voiture attendrait le lendemain à huit heures devant chez elle. Tim allait devoir rester avec la voisine qui l'aimait déjà.

A l'heure dite, la limousine était làl, conduite par un chauffeur en livrée-col Mao qui s'occupa des bagages et la conduisit sur un petit aérodrome de la région parisienne réservé aux personnalités du monde politique international et militaire. Un équipage classique et une hôtesse dont le regard particulier lui fit monter une sorte de courant dans les reins.-" Je m'appelle Cyrielle!" dit-elle en souriant.

Durant le trajet, l'hôtesse parla de sa vie dans le contexte de  l'Emirat, des conditions parfois difficiles pour les femmes étrangères et de la Princesse Khadidja personnage fantasque difficile à vivre parce que fort  capricieuse et autoritaire. Tout en parlant, elle posa à plusieurs reprises sa main sur celle d'Aurélia et même sur sa cuisse, ce qui troubla quelque peu son vis à vis!

Lorsque l'avion se posa et que la porte en fut ouverte, Aurélia suffoqua et sentit sa robe légère se coller à sa peau en descendant vers le tarmac au goudron collant.
Le pays était caillouteusement désertique, la route à l'asphalte fondant etait déserte elle aussi,sauf la présence de quelques chiens efflanqués. et l'air brûlant  comme une haleine de four la faisait suffoquer !
Au loin apparut la silhouette tremblante du palais.et lorsqu'elle ypénétra, elle crut entrer dans un autre monde:

Un hall immense à colonnades, tout en marbre blanc. Autour de la pièce, des canapés gégéants, des fauteuils et des poufs de cuir blanc. Au centre, une table gigantesque ovale au milieu de laquelle trônait une coupe de cristal pleine à ras bord de montre- bracelets en or massif d'une prestigieuse marque mondiale.
Les fenêtres ocultées par d'immenses voilages ne permettait pas de voir le monde extérieur. Un silence de cathédrale mais avec l'air conditionné .
Aurélia fut conduite par l'hôtesse vers ses appartements qui n'avaient rien à envier à une "suite"de palace européen. Informée en y entrant que la Princesse souhaiterait la rencontrer juste avant le dîner.

Elle fut immédiatement séduite séduite par la salle de bains dotée d'une immense baignoire"jacusi"dont elle décida d'inaugurer les différents plaisirs. Cyrielle lui montra comment utiliser les divers appareils, mais ne se retira pas tout de suite lorsqu'Aurélia fut nue dans son bain. Lui montrant les différentes caméras chargées de surveiller les moindres gestes de la jeune femme tout en effleurant  des ses mains plongées dans l'eau, la poitrine et les cuisses  d'une Aurélia surprise mais  plutôt consentante.

Elle expliqua pendant ce temps que la Princesse Khadidja adorait pouvoir regarder ce qui se passait au creux des salles de bains et des alcôves de toutes les femmes du harem, épouses et servantes. et qu'elle aimait s'exhiber en situations intimement érotiques sans doute pour compenser le peu d'empressement de son mari, plus attiré par la chasse au faucon et surtout par lesyeux de gazelles de ses gitons ;Cyrielle pourtant ne profita pas davantage de la situation et, se redressant à regret, quitta la pièce en envoyant un baiser du bout de doigts à  une Aurélia tout de même un peu étonnée par une tel comportement.
Repost 0
Published by caravanier - dans L'amour Maure
commenter cet article
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 09:24
C'est  l'un des véritables drames de notre époque dû à l'irresponsabilité des jeunes adultes qui se mettent en couples.. L'un d'entre eux, quelques années plus tôt n'était encore qu'un jeune garçon d'une douzaine d'années. Après avoir suivi, un mercredi, une quelconque séquence d'une série télévisée qui s'achevait par un baiser torride entre un homme et une femme, il déclarait à ses copains vautrés avec lui sur le canapé du séjour;-" Moi quand je serai grand, je me marierai pour la vie !..... Et je montrerai mon zizi à ma chérie pour qu'elle me fasse du bien!.... Et après je divorcerai comme papa !"

Cette déclaration fut suivi d'un passage à l'acte et le gamin ouvrant sa braguette exhiba son sexe vite triomphant à ses copains qui l'imitèrent aussitôt  pour faire un"concours de bites" qui les excita beaucoup.
L'adolescent en question vivait seul avec son père évidemment parti au travail à cette heure,alors que sa mère n'avait pas donné signe de vie depuis deux ans!
L'exhibitionisme des adolescents a existé de tous remps et beaucoup d'adultes ont des scènes du même genre gravées dans leur mémoire, mais ce qui existait fort peu il y a un siècle est devenu le fléau de notre société d'aujourd'hui: LA SEPARATION !

On a vingt ans, ou un peu plus, on se rencontre sur une plage, ou dans une boîte,ou dans un bus. On se plait, on se le dit et dans les plus brefs délais, parfois le jour même  on se retrouve nus dans le même lit et on fait l'amour. Plus ou moins maladroitement, avec ou sans capote, avec ou sans pillule! Cà va, on est bien ensemble et on baise tant et plus! Un beau jour crac! La fille est enceinte! On avorte ou on le garde? On tient l'un à l'autre on va le garder et on va se marier! On habitera chez le  papa et la maman de l'un ou de l'aute (s'ils ne sont pas séparés) et on vivra avec leure argent .

Quelques années plus tard la situation s'est améliorée. On a chacun son boulot plus ou moins intérêssant et bien payé mais on s'en tire avec les deux salaires ! On a eu un deuxième enfant et on a enfin trouvé "un chez soi".
Et puis la lassitude gagne, de se retrouver tous les jours dans le même lit avec le même partenaire. Alors on sort, ensemble d'abord puis seul(e) et on drague ou on se fait draguer. On se trompe et l'un ou l'autre craque : -"J'en ai assez de notre couple je préfère aller vivre avec l'autre ce sera beaucoup mieux ! Conflits, engueulades, cris et larmes,, coups parfois, et vaisselle brisée, sous le regard terrifié des enfants.
Cà ne peut plus durer on divorce. Avocats tribunal, séparation,  Il faut trouver un deuxième logis, payer deux loyers on a plus qu'un seul salaire chacun pour vivre (avec ou sans pension alimentaire, payée ou oubliée!) On est mal logés on a les dettes de l'ancien couple  à payer !.

Et surtout, surtout on déracine les enfants à charge chacun son tour, en wek-ends ou tous les quinze jours et en vacances et ils sont obligés de composer et de s'accommoder avec les enfants des conjoints des couples recomposés.
C'est l'enfer pour eux, les couples tirent le diable par la queue surtout si le chômage vient s'ajouter au reste!
A force de vouloir être heureux ailleurs et autrement, en égoîstes, tout le monde est malheureux, surtout si dans les couples séparés l'autre ne recompose pas sa vie. Alors c'est la solitude la pauvreté et les regrets! Vous trouvez le tableau pessimiste? Il est pourtant tellement fréquent ! Non ?
Repost 0
Published by caravanier - dans caravanier
commenter cet article
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 12:38
Bien sûr, il y a davantage de trains qui arrivent à l'heure que de convois qui déraillent en tuant six cents personnes. Mais sans vouloir jouer les roquets châtrés comme le font  si bien les socialistes depuis qu'ils ont perdu le pouvoir, et bien plus préoccupés de se dévorer entre eux que des intérêts de la France, on est semble-t-il,en droit de s'indigner d'un certain nombre d'anomalies criantes dues à la perversité du Ministère des Finances et des ses acolytes, mais dues aussi à la bêtise humaine qui est la qualité la mieux repartie chez les fonctionnaires de tous poils ! 

Au hasard , prenons le cas de l'île de Ré où des Ilais établis depuis des générations  sur ce lopin de terre,à cause d'agents immobiliers véreux, et de la loi de l'offre et de la demande, ont vu leurs quelques centiares de terrains prendre une telle valeur qu'ils sont obligés d'en vendre une bonne partie pour payer l'ISF! Alors que Fabius, au pouvoir, avait réussi à faire éxonérer d'impôt sur l'ISF les détenteurs d'oeuvres d'art pour protéger ses parents qui étaients antiquaires!

Continuons avec  les quelques courageux qui ont encore l'ambition de créer une petite entreprise, confrontés à une telle muraille de contraintes et de paperasses administratives tellement absurdes, qu' en fin de comptes, beaucoup d'entre eux se servent de ces paperasses pour, le matin venu, se torcher le.... derrière avec !
Et tout celà à cause de  méduses plantées sur leurs sièges capitonnés, ce qui ne les préservent pas des hémorroïdes qui les rendent si bêtement agressifs, en accumoncellant les exigences face aux prétendants avec un sourir sardonique qui, semble-t-il les vengent de leurs inepties de leurs cerveaux creux et de leur fuite devant les responsabilités. En se réfugiant derrière des tonnes de règlements imbéciles !

Et cette maladie à gagné l'Europ, à Bruxelles, où des fonctionnairee grassement payés concoctent des règlements pour le moins irréfléchis pour ne pas dire absurdes qui ruinent ou mettent en difficultés des escadrons de producteurs européens dans leurs élans de productivité et d'efficacité !
Mais il n'y a pas que ceux là et Dieu sait qu'ils sont nombreux et néfastes! Mais Dieu ne le sait pas, il s'en fout !

Il y a aussi les assasins de la route dont  on a déjà parlé. Tout comme du gendarme  qui porte plainte contre le professeur de son fils pour avoir giflé ce petit merdeux insultant alors que c'est le père, pour défaut d'éducation de son fils qui mériterait un coup de pied au cul et une révocation!
Et à propos de gifle, que dire de ces mômes qui insultent leurs parents et vont jusqu'à les frapper avant d'avoir atteint l'âge de porter plainte contre eux pour ne leur avoir pas servi une pension alimentaire jugée suffisante. Alors qu'ils sont encore logés et nourris à trente ans et plus par leurs géniteurs! Alors ces petits tas de merde vont se venger en allant dépouiller des vieillards en jouant les faux inspecteurs d'assurances ou de police, faisant main basse sur les économies de toute une vie et sur les objets souvenirs de toute une famille! Merde alors! Cà va durer encore longtemps ce bordel .?
Jusqu'où tout celà va-t-il nous mener? Jusqu'à la  tête dans le mur ? Mais nous y sommes déjà ! Alors prenez vous par la main, chacun dans votre coin, pour empêcher de nuire ces  parasites d'une société moribonde !
Repost 0
Published by caravanier - dans caravanier
commenter cet article
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 07:45
La nuit venue, étendue seule dans son lit embaumant la lavande, Aurélia avait laissé  la fenêtre ouverte, à cause de l'air frais et du clair de lune. Elle cherchait à faire le point sur cette étrange journée qui se terminait avec une boule de poils blanc et feu, allongée sur un morceau de moquette au pied du lit , comme si elle avait toujours été là ! Elle en avait les yeux brouillés de larmes, d'étonnement et de joie. Soudain elle  reconnut la voix d'Antonin :
-"Bonsoir Aurélia la journée a du te sembler curieuse  et pourtant tout était programmé par Gentiane  depuis longtemps, A partir de ton arrêt devant ma fenêtre tout s'est enchaîné comme elle le voulait, jusqu'à la présence de Tim; ce soir au pied de ton lit. Et tu n'es pas au bout de tes surprises, mais si tu as besoin de moi, je serais là près de toi, comme ce soir !"

Elle eut la sensation d'un corps tiède blotti contre le sien, de lèvres poséees sur les siennes et de doigts agiles devenant vite indiscrets. Affolée, elle sauta du lit et l'ouvrit en grand: Il n'y avait rien ni personne ! Pourtant, à peine recouchée elle éprouva les mêmes sensations qui  provoquèrent son émoi : Comme si de petites mains et des lèvres aussi habiles qu'indiscrètes s'étaient emparées d'elle. Le rêve éveillé continua faisant réagir son corps comme si elle avait réellement  un amant près d'elle qui la fasse gémir puis exploser dans un flot de plaisir !-" Tu sais bien que je t'aime!" murmura la voix de Tonin !

Ce fut la tièdeur humide de la langue de Tim qui la reveilla  au matin. la nature était en fête, les oiseaux pépiaient dans les troënes. La brise apportait des senteurs d'herbe coupée tandis qu'elle caressait Tim dont la fourrure était presque aussi douce que de la soie.

Celà devenait difficile de rester au fond du lit ! D'autant plus qu'elle avait une foule de rendez-vous avec des clients de son cabinet de conseiller financier !  Jeans moulant, tee-shirt et tongs enfilés , la mèche dans l'oeil, elle allait se rendre chez le boulanger  pour un petit déjeuner à partager avec Tim.
En sortant de chez elle, arrêtée dans la contre allée, une voiture de sport dont la portière s'ouvrit aussitôt. Un homme très grand, très noir et très barbu se tenait  devant elle, drapé dans sa gandhoura, lui barrant le passage:

-"Vous êtes Aurélia ?"  Stoppée net par la surprise, la jeune femme le regarda, ne répondit rien mais secoua affirmativement la tête.
-"La Princesse Khadidja fille de l'Emir de mon Pays veut faire un gros placement financier en France mais en secret, en ne voulant traiter qu'avec une femme. Conseillée par deux amies qui étaient des clientes d'Aurélia, elle l'avait choisie pour celà, à condition qu'elle vienne signer le contrat chez elle dans l'Emirat.

Stupéfaite, Aurélia se demandait ce qui lui arrivait et pensa à Tonin qu'elle invoqua. Elle eut la réponse:
-"La Princesse Khadidja a besoin de tes services, elle est  sincère et très riche, mais fais attention, il y a  des risques pour toi , la Française, à aller là-bas, mais celà en vaut la peine, crois moi !"
L'arabe debout face à elle vit son hésitation. Il lui tendit  une carte: -" Si vous acceptez, voici où me joindre. Alors un jet privé sera à votre disposition pour rejoindre la Princesse!"
Puis avec un peu de mépris dans le regard, comme s'il s'adressait à une domestique,il remonta dans sa voiture et disparut.
Aurélia vécut trois jours de perplexité avant de se déciser à appeler le numéro  indiqué sur la carte.    ;                          ;
Repost 0
Published by caravanier - dans L'amour Maure
commenter cet article
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 06:52
En bordure de la place du marché, il y a le mur de soubassement d'une grande terrasse fleurie. C'est vers ce mur que l'adolescent entraîne Aurelia. Percé d'une grille donnant sur une sorte de cellule obscure. Sans lâcher la main de la jeune femme, il pousse la grille rouillée et grinçante donnant sur un espace sombre et humide aux senteurs de moisi et d'urine.
Arrivé là, il se tourne vers elle et explique:-"Hier, en fin d'après midi, tu as arrêté ta voiture devant la fenêtre de ma chambre. Après avoir baissé ta culotte tu t'es soulagée. Pour les autres tu étais cachée, mais moi je t'ai vue. Bien sûr tu ne  le savais pas, mais j'ai été très ému ! J'y ai repensé cette nuit et j'ai trouvé injuste que  je connnaisse ton intimité sans que tu connaisses la mienne ! "
Alors, face à elle, sans qu'elle ait eu le temps de réagir il ouvrit son pantalon et se détourna un peu d'elle pour ne pas l'éclabousser, et il urina sur le sol puis se rajusta aussitôt en disant:-"Maintenant, nous sommes quittes !"

Aurélia complètement médusée, ne sachant quelle contenance adopter embrassa Antonin sur les deux joues et sortit rapidement de la cellulle. Antonin la suivit et continua:-"Maintenant que nous sommes vraiment amis tu pourras me demander ce que tu voudras, il te sufira de m'appeler -"Tonin!" et tu verras que j'ai des pouvoir qui te surprendront ! J'avais une marraine qui s'appelait Gentiane. une sorte de fée qui, avant de mourir m'a fait cadeau de l'un de ses pouvoirs magiques !
D'ailleurs, je vais te donner une preuve de  ce que je te dis. Mais après avoir vu il faudra m'aimer  comme ton fils et si tu ironises à mon sujet, je pourrais en mourir de chagrin !
Aurélia, n'aies pas peur, tu vois je connais ton prénom et depuis hier, je t'aime! Tu vois le clocher de
l'église ? En ce moment trois pigeons s'y cachent qui vont s'envoler en même temps et l'un d'eux va venir se poser sur ton panier ! Quelques secondes plus tard, trois pigeons quittaient le clocher et l'un d'eux vint se poser sur le panier d'Aurélia! Lorsqu'elle se retourna, Antonin avait disparu  !

Ce n'était plus de l'étonnement mais de la stupeur et Aurélia se croyait victime d'une hallucination ! Pourtant le pigeon était bien là, qui dans un claquement d'ailes prit son essor vers le ciel. Pour tenter de reprendre ses esprits Aurélia remonta lentement la  grande rue du marché en bordure de laquelle, un peu plus haut se trouvait la maison où s'était passée la scène de ses besoins naturels. En y arrivant, elle avait les jambes en coton. Mais nulle trace d'Antonin. Seule sa fenêtre, entrouverte laissait échapper un pan de voilage de tulle.
Toujours très troublée en évoquant sa rencontre avec Antonin, sur le chemin du retour, elle pensait au désir qu'elle avait depuis longtemps, d'avoir un chien dans sa maison au toit de tuiles mécaniques et cerné d'un petit jardin plein de buissons et de fleurs. Elle aurait voulu un Epagneul Breton dont elle aimait le pelage feu et blanc qu'elle aurait appelé "Tim" Sans trop savoir pourquoie, elle avait une prédilection pour cette race de chien !
En arrivant à la barrière de sa maison  elle crut s'évanouir ! Derrière la haie de troënes, petite tache blanche et feu, gambadait un épagneul Breton, tout frétillant, qui semblait avoir toujours vécu là. Sitôt  la barrière ouverte Aurélia vit le chien sauter sur elle, posant ses pattes sur ses cuisses en jappant comme s'il était content de la retrouver. Il cherchait à la lécher puis courait en tous sens en aboyant . d'instinct elle réagit:-"Tim, tais-toi !"
Cessant de gambader,  son embryon de queue entre les pattes, Tim vint se coucher aux pieds d'Aurélia comme si c'était la chose la plus naturelle du monde !
Repost 0
Published by caravanier - dans L'amour Maure
commenter cet article
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 09:03
L'avenue, descendant doucement vers la petite ville est bordée de prunus en fleurs, baignant dans un flamboiement de teintes roses et mauves. Le soleil déclinant faisait exploser de lumière et de senteurs, cette route qui semblait avoir été créée pour servir d'écrin à la beauté d'Aurélia !
Obliquant soudain sur la droite, elle rangea sa petite voiture dans la contre-allée. A cette heure, l'endroit était désert. Sortant en voltige, elle fit le tour du véhicule, ouvrit la portière pour se dissimuler, dégraffa son jean et descendit rapidement sa mini culotte pour soulager une envie naturelle d'une extrême urgence !
Elle entendait le chuintement sensuel du flot fusant à travers sa toison embroussaillée! De deux doigts elle fit jaillir de son capuchon sa tigelle qu'elle avait eu envie de caresser, quelques minutes avant dans sa voiture.
D'un rapide va et vient, ses cuisses musclées enserrant sa main,plongée au coeur de sa vallée, elle se fit jouir en retenant un feulement, la tête levée vers le ciel. puis elle huma ses doigts luisants sans oser aller plus loin !

La scène était passée inaperçue de tous, sauf d'un garçon de treize ans, entrain de faire ses devoirs assis à son bureau, derrière la fenêtre de sa chambre, située juste au dessus de l'endroit où stationnait Aurélia. Devant ce spectacle d'une femme fort belle à l'intimité visible et nue, sa nature d'adolescent, tout juste pubère, réagit dans son slip de coton. Y posant la main avec trouble avant d'ouvrir son jean !  Quelle aventure à raconter aux copains, demain  au collège ! Excité comme il l'était  ne pouvait que faire les gestes propres à le calmer.
Alors qu'Aurélia  se croyant toujours seule, rebouclait son jean en se dépêchant à cause d'un rendez- vous important qu'elle ne voulait pas manquer. Oeil de jade, longues jambes, poitrine et fesses hautes, elle connaissait son pouvoir de séduction, sur les hommes, mais aussi sur les femmes.

Elle avait eu un début de vie difficile en milieu modeste. Puis entrée comme secrétaire dans un cabinet d'assurances, elle avait grimpé les échelons. Mariée à la sauvette et à vint ans par des parents qui voulaient se débarrasser d'elle, sans jamais s'en être occupé, elle avait fui le carcan conjugal pour vivre à sa guise. mais travaillait comme un forçat pour se donner les moyens de satisfaire toutes ses envies.

Elle a vingt cinq ans ce dimanche matin de plein soleil. La place du marché croule sous les fruits les légumes, les volailles et les produits de toutes sortes. Comme pour ajouter à l'air qui embaume de parfums divers, les cloches sonnent à la volée. on se croirait le jour de Pâques !

Tout de suite, au milieu de la foule, Antonin a repéré Aurélia, dont le panier d'osier est plein de victuailles diverses. le garçon s'approche de la jeune femme pour mieux la voir, admire sa silhouette et, les mouvements ondulants de ses cheveux courts et l'éclat de ses prunelles.
Malgré son jeune âge, Antonin, fasciné, trouve qu'elle est l'image même de la beauté! S'approchant plus près encore, il se colle contre elle et glisse sa main dans celle de la jeune femme, surprise de voir ce gamin, brun aux yeux noisette, la tenir ainsi alors qu'ils ne se connaissent pas!

-"Je te connais!" dit le garçon, les yeux plantés dans ceux d'Aurélia, en devançant sa question. -"Je te connais depuis hier et, à cause de celà, je dois t'emmener quelques instants avec moi "pour réparer"! Intriguée, Aurélia le regarde, mais elle est sûre de n'avoir jamais vu cet adolescent qui la tient par la main et veut l'entrainer avc lui  !
Repost 0
Published by caravanier - dans L'amour Maure
commenter cet article
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 07:18
La soirée d'hier a été particulièrement significative et résumante de l'état de décomposition de notre pays et ceci dans tous les domaines. Mais commençons par le commencement et parlons de la gifle: Un collégien ,parce qu'il avait laissé trainer ses affaires sur le sol et que son professeur les avait repoussé du pied se permet de traiter ce dernier de "connard!" et reçoit aussitôt une gifle, bien méritée en réponse de son insulte ! 
En apprenant l'histoire le père de ce petit merdeux monte sur ses grands chevaux et porte plainte contre le professeur, le contraignant ainsi à aller devant les Tribunaux !  Ce qu'on aurait déjà eu du mal à admettre de la part d'un père irrascible devient purement scandaleux dans la mesure ou le monsieir en question est un  GENDARME !  Autrement dit un représentant des pouvoirs publics, chargé de maintenir l'ordre dans notre société !
Cette triste histoire en dit long  sur la manière dont ce représentant de la maréchaussée élève son ou ses enfants en permettant que  son moutard morveux traite son professeur de"connard" sans lui filer immédiatement et lui-même une bonne rouste! Et pousse l'absurdité jusqu'à faire comparaître un membre du corps enseignant devant un tribunal pour avoir fait respecter l'ordre dans sa classe !

Il faut dire, hélàs que ce genre de situations est devenu fréquent dans les écoles et collèges parce que les parents d'élèves ont complètement abdiqué du devoir d'éducation de leurs enfants et que ces sales mômes pour n'avoir jamais reçu un seul coup de pied au cul venant de leur père ou une gifle de leur mère se croient les maîtres et seigneurs de leurs classe et de leurs cours de récréation et de leur domicile familial !
Celà en dit long, aussi sur les qualités intellectuelles et morales de certains représentants de la maréchaussée qu'il ne doit pas faire bon  rencontrer à un carrefour sur la voie publique!

Nous retrouvons à l'écran d'envoyé spécial les mêmes sales petits merdeux dix ou douze ans plus tard au volant de voitures ou de motos trafiquées ( achetées avec quel fric? celui des parents? ou volées ?) faisant des concours à celui qui prendra le plus de risques sur la route et celà en étant complètement"cramés" comme ils disent par l'alcool et la drogue. Entassés à six et plus dans leurs cercueils roulants fonçant comme des hystériques pour terminer, hélàs dans un fossé ou contre un mur ou bien pire se crashant contre une voiture venant en sens inverse avec des passagers sages, mais qui, eux aussi se transforment en cadavres. Et ceci partout dans toute la France et en particulier le samedi soir !  Qui sont donc les parents de ces assassins en puissance et comment ont-ils élévé leurs enfants?

En changeant complètement de registre Envoyé Spécial nous met en présence de jeunes hommes aux cerveaux brillantissimes ayant mis leurs talents au service de la "spéculation "au sein des salles de marchés des grandes banques. Ceux là ne jouent pas avec la vie des autres, jusqu'au jour où eux et leurs clients ruinés ss suicident, mais avec leur argent .Soit disant pour en gagner davantage mais aussi et souvent, pour en perdre beaucoup plus ! 
Et que leurs patrons banquiers ne viennent pas dire, le coeur sur la main qu'ils n'y sont pour rien ! Au contraire ils les payent grasement pour celà à coups de primes énormes pour les pousser à"réussir des coups!"
! Et bien quand on dit que l'argent n'a pas d'odeur on se trompe car çà ne pue pas que la sueur dans les salles de marché mais aussi  l'odeur générique de la spéculation c'est à dire celle de "la merde!"
Repost 0
Published by caravanier - dans caravanier
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 09:24
Dans le domaine des séismes il y a ceux que la nature nous sert sur un plateau et qu'il n'est pas possible d'éviter, encore que nous soyons entrain de les aggraver et de les augmenter par notre refus de tenir compte du réchauffement de la planète accéléré par notre égoisme ou notre j'men foutisme !

Mais il y a aussi les séismes humains provoqués et voulus par certaines catégories d'humains, qui par exemple au moment où j'écris se découpent à la machette et même s'entretuent à coups de bâtons dans certain états africains, comme le Kénya, dont on a chaque jour les images sur les petits écrans.

Mais il y a aussi des séismes moins sanglants, mais tellement ravageurs. Comme celui qui a frappé les quatorze innocents d'Outreau provoqué par une seule femme: Myriam Badaoui épaulée, dans sa monstruosité par une autre monstruosité qui est le comportement de certains magistrats et de certains experts de tous poils, faisant en sorte que presque tous ces innocents vivent encore sous tranquillisants des années près avoir été innocentés !

Et hier encore , dans un pays musulman cette fillette de neuf ans vendue à un chibani de plus de soixante ans pour qu'il en fasse son joujou sexuel, après un simulacre de mariage. Sans parler des frères qui lapident leur soeur pour laver un soit disant honneur familial bafoué parce que la fille aura perdu sa virginité avant d'être mariée ! Alors que les mâles de ces régions peuvent tout se permettre en tout bien tout honneur

La bêtise et la méchanceté sont les deux comportements les mieux partagés partout tout le temps et depuis toujours! Et pourtant, et pourtant sans pouvoir hélàs contrebalancer le poids et l'odeur de cette gigantesque bassine de merde dans laquelle nous vivons tous chaque jour, il y a de par le monde des millions d'humains qui se défonçent, cuir et poils, pour aider, sauver, soigner, et guérir, enseigner, construire, tendre la main  pour que quelques humains soient moins malades, moins malheureux, moins pauvres moins ignorants, moins méprisés, battus, torturés écrasés !

Malheureusement ces gestes là, pourtant répétés sans relàche avec courage et obstination ne sont que gouttes d'eau dans l'océan d'ignominies vécues chaque jour, partout et tout le temps!

Mais autant les médias se complaisent, et se roulent, avec délectation,dans l'ignominie en la ressassant encore et encore pour faire frémir les sensibles et les généreux, autant ils ne parlent que du bout des lèvres et souvent presque avec mépris de tous ces hommes et ces femmes qui luttent pour le bien et un semblant de bonheur des autres.! Réchauffer, habiller, nourrir, loger, redonner espoir et dignité à ceux qui l'ont perdue, il ya des milliers de gens qui le font tous les jours et dont on ne parle jamais ! Parce que le dieu   Audimat vibre tellement plus fort aux massacres, aux crimes de sang, aux viols, aux tortures et autres immondices ! Et que l'Audimat triomphant, celà veut dire des montagnes de fric qui tombent dans l'escarcelle des chaînes et de leurs propriétaires, alors pourquoi hésiter, pourquoi,se gêner ? Une fois encore, c'est:-" Par ici la bonne soupe et après nous le déluge ! " Ah s'il pouvait venir celui-là et les noyer tous! 
Repost 0
Published by caravanier - dans caravanier
commenter cet article

Articles Récents